#Sud Congo : Modeste Boukadia arrive, à Brazzaville le 15 janvier, par vol Air France

Modeste Boukadia arrive, à Brazzaville le 15 janvier, par vol Air France

clip_image002

Accompagné d’une forte délégation des Congolais de la Diaspora avec l’aval des Nations Unies, Modeste Boukadia va rentrer au pays qu’il avait quitté en catastrophe, parce que recherché par les services de sécurité, après les manifestations populaires qu’il avait organisées à Pointe-Noire. Aujourd’hui, sous poursuite judiciaire, il est condamné par contumace à trente ans de travaux forcés. Va-t-il alors réussir sa rentrée au Congo ? Autant de questions que l’on se pose quant à l’arrivée du célèbre opposant de la diaspora congolaise à Brazzaville.

Par Désiré Mafoussi, journal Sel-Piment N°114 du 04 au 12 Janvier 2016

Une source proche du CDRC, parti de Modeste Boukadia, évoque que l’arrivée du président de ce parti ne pose plus aucun doute. Car, indique-t-elle, Modeste Boukadia rentre au Congo sous le statut de l’Autorité de l’Etat du Sud Congo. Son retour au pays va, évidemment, marquer le démarrage de la campagne référendaire dans le sud du pays.

La même source indique que la condamnation de trente ans de travaux forcés par contumace, infligée à Modeste Boukadia par le Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire, serait nulle et de nul effet, semble-t-il, avec la venue de la nouvelle Constitution.

Les solutions auraient été prises à ce sujet au profit de Modeste Boukadia par les Nations Unies. Dit-on, cela devrait permettre aux Autorités judiciaires congolaises de mettre en liberté les militants du CDRC arrêtés lors d’un meeting de contestation tenu à Pointe-Noire contre le pouvoir en place.

Selon cette source d’information, le président du CDRC, Modeste Boukadia tiendra une conférence devant la presse nationale et internationale dès son arrivée à l’aéroport Maya-Maya de Brazzaville, concernant le nouvel Etat du Sud du Congo. En effet cette affaire faisant état de la partition du pays en nord et sud – dont les principaux géniteurs sont Modeste Boukadia et d’autres Congolais de la diaspora défraie actuellement la chronique.

Ainsi, plusieurs Congolais originaires du sud du Congo encouragent cette démarche qu’ils considèrent comme très salvatrice. Car, selon eux, c’est l’unique moyen de se débarrasser de la dictature que le pouvoir dirigé par le clan Mbochi impose aux Congolais de la partie sud du pays. Aussi, certains Congolais non originaires de la partie sud ; notamment les Tékés, trouvent cette vision acceptable ; mais elle devra sortir d’un consensus pour arrêter une décision plus cohérente sur cette question. Mais, il y a aussi un handicap important. Toutes les Constitutions du Congo ont toujours privilégié l’unité de la République.

Sans doute, Modeste Boukadia et ses concepteurs expliqueront-ils avec clarté leur vision qui ne cadre pas avec le Préambule de la Constitution. Déjà dans la zone sud de Brazzaville, l’arrivée de Modeste Boukadia anime des conversations quotidiennes et les Congolais de la partie sud, qui affichent une antipathie ouverte au régime actuel semblent très décidés sur la réalisation de ce projet. De leur avis, la marginalisation subie par les populations du sud du Congo n’est plus à rechercher. Elles la vivent au quotidien avec le rejet crucial de leurs cadres au niveau des administrations et de l’armée. Très révoltées, ces populations n’acceptent plus se faire piétinées par la minorité Mbochi au pouvoir qui croit tout permis dans le pays.

La grande opinion avancée par les Congolais du sud consiste à dire que le sud du Congo regorge de plusieurs richesses dont ils ne bénéficient pas et profitent en grande partie aux Congolais du nord qui s’enrichissent de plus en plus et qui narguent le reste des Congolais alors que la partie nord du Congo ne rapporte presque rien à l’économie nationale. Autant la raison qui, disent certains sudistes, militent en faveur du projet préconisé par Modeste Boukadia et ses concepteurs pour voir naître l’Etat du Sud Congo.

Avec l’arrivée de Modeste Boukadia s’étant autoproclamé autorité du nouvel Etat du Sud Congo, sans doute, des éclaircissements pourraient-ils jaillir en ce qui concerne certaines zones d’ombre que les Congolais constatent et qui nécessitent des explications convaincantes pour engager la campagne référendaire prévue par Modeste Boukadia et consorts de la diaspora.

Désiré Mafoussi

#Sud Congo : L’arrivée confirmée de Modeste BOUKADIA

L’arrivée confirmée de Modeste BOUKADIA

in journal Emmanuel N°198-2016 du 05 Janvier 2016

Journal_EmmanuelLa Délégation du Conseil de l’Etat du Sud Congo, sous la conduite du Président du Cercle  des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) et autorité politique de l’Etat du Sud Congo, M. Modeste BOUKADIA, arrive le 15 janvier prochain à Brazzaville. Cette information nous est parvenue à notre rédaction au moment où nous bouclons notre journal. Seulement, nombreux sont les lecteurs qui nous ont appelés suite à la publication de “la réponse du secrétariat Général des Nations Unies sur l’organisation du référendum d’autodétermination de l’Etat du Sud Congo” dans notre journal. Petit-Jo in journal Emmanuel N°198-2016 du 05 Janvier 2016.

#Sassou ça suffit !

La Grande Interview de Modeste Boukadia dans Diaspora-Magazine N°005

grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_1grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_2grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_3grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_4grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_5grande_nterview_modeste_boukadia_diaspora_n005_Page_6

Sassou ça suffit !

« Au lendemain du vrai-faux référendum qui vise à maintenir le président Sassou Nguesso au pouvoir, le leader de Cercle des Démocrates et des Républicains du Congo (CDRC) de réserve. Au cours de cette interview, le ‘’Patron du Sud’’ livre les solutions pour sortir le Congo du chaos. » Lire ici : La Grande Interview de Modeste BOUKADIA dans Diaspora-Magazine N°005

Paris, le 01 décembre 2015.

#SudCongo Condoléances de Modeste BOUKADIA au Peuple Français suite aux attentats de Paris

drapeausudcongoCONDOLÉANCES DE MODESTE BOUKADIA AU PEUPLE FRANÇAIS SUITE AUX ATTENTATS DE PARIS :

 

Au nom du Peuple du Sud Congo (Brazzaville), des membres du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo et en son nom personnel, Modeste Boukadia, président du C.D.R.C., fait part de son émotion par rapport aux attentats barbares qui ont été perpétrés hier à Paris.

Il adresse au Peuple Français touché dans sa chair ses sincères condoléances, sa solidarité et son soutien le plus ferme à la lutte contre l’obscurantisme déployé par DAECH.

C’est une Guerre Mondiale qui est en cours.

L’Afrique verse tous les jours son sang dans cette lutte contre le malheur.

Le Congo Brazzaville est aussi la cible de DAECH, représenté par BOKO HARAM, très présente au Cameroun, pays frontalier.

Cette guerre contre DAECH c’est le combat pour l’autonomie des peuples et la lutte contre la Pauvreté.

Nous menons tous le même combat !

Pour le Conseil National du Sud Congo

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C (Cercle des Démocrates et Républicains du Congo)

Il est né le 15 juin 1954 en Terre Kongo à Koungou.

Contact Presse :

Cédric DAVY, 06 77 85 18 30

#SudCongo Modeste BOUKADIA félicite le Parlement Régional de Catalogne pour le vote en faveur de l’indépendance

P1110271_9N_BARCELONE

MODESTE BOUKADIA FÉLICITE LE PARLEMENT RÉGIONAL DE CATALOGNE POUR LE VOTE EN FAVEUR DE L’INDÉPENDANCE

Le Parlement régional de Catalogne a voté le 9 novembre 2015 son indépendance. Le processus est maintenant en cours.

Modeste Boukadia se félicite de la possibilité pour le peuple catalan d’obtenir son autodétermination.

La souveraineté des peuples est primordiale.

Ce combat est aussi le nôtre pour le Sud Congo depuis le 20 avril 2014 date du dépôt auprès des Nations Unies de la requête pour la déclaration de l’Etat du Sud Congo.

Encore plus d’actualité avec la décision du Président du Congo Brazzaville Denis Sassou Nguesso de promulguer une nouvelle constitution dont les Congolais ne veulent pas.

« Les progrès de l’Afrique dépendront aussi de la démocratie, parce que les Africains, comme tout le monde, méritent la dignité de pouvoir contrôler leurs propres vies« , a-t-il ajouté, énumérant « les ingrédients d’une vraie démocratie : élections libres et équitables. Liberté d’expression et de la presse. Liberté de réunion.« 

« Pour éviter les massacres des populations du Sud Congo et pour les protéger d’un nouveau génocide, contraint par l’intransigeance du dictateur Sassou, j’ai usé du droit inaliénable de l’Etat du Sud Congo qui siège aux Nations Unies et d’informer le Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-moon de la formation d’un Gouvernement Provisoire de Transition… » le 29 octobre dernier.

Paris, le 11 novembre 2015

#SudCongo Formation d’un Gouvernement Provisoire de Transition

COUP D’ETAT CONSTITUTIONNEL  AU CONGO DU DICTATEUR DENIS SASSOU

Formation d’un Gouvernement Provisoire de Transition

IMG_7708IMG_7703

IMG_7709

« Pour éviter les massacres des populations du Sud Congo et pour les protéger d’un nouveau génocide, contraint par l’intransigeance du dictateur Sassou, j’ai usé du droit inaliénable de l’Etat du Sud Congo de jure qui siège aux Nations Unies et conformément à la Requête déposée aux Nations Unies le 20 Avril 2014, d’informer le Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-moon de la formation d’un Gouvernement Provisoire de Transition ; de même, j’ai donné instruction à mes Conseils d’ester en justice contre la Sté TOTAL SA pour que les redevances du Congo soient versées dans un compte séquestre jusqu’à ce que la situation revienne sous contrôle pour la sauvegarde des vies et des biens pour la sécurité des populations des Cinq Terres du sud du Congo » (Modeste BOUKADIA, Paris 29 octobre 2015).

#Congo Modeste BOUKADIA s’entretient avec les intellectuels : « La République du Congo d’hier, d’aujourd’hui et celle de demain »

 

Modeste BOUKADIA s’entretient avec les intellectuels sur le thème : “La République du Congo d’hier, d’aujourd’hui et celle de demain

Dimanche 25 octobre 2015 – Paris 9ème – 18, rue du Faubourg Montmartre – 13 HEURES

Le Congo, hier, aujourd'hui et demain

Bonjour à tous,

L’heure est grave pour notre jeune république, elle l’est tout aussi pour chaque congolaise et congolais d’où qu’il soit. L’objectif initié par cette rencontre qui devra enrichir chacun d’entre nous, au-delà de son caractère formel, l’aura été pour permettre aux congolais et aux congolaises, d’y voir plus claire dans l’intérêt de la nation et celui des hommes. Ce n’est donc pas un podium de congratulations et de paroles, sinon, la parole pour l’action.

Des congolaises et des congolais meurent, ceux-ci s’ajoutent à d’innombrables autres. La lecture ou l’écoute attentive de M. Modeste Boukadia nous conduirait à le présenter non pas comme celui qui divise ou veut diviser le pays mais, lucide, comme celui qui en fait le constat sur la place publique. Libre à nous, sans vouloir offenser les autruches, de ne pas voir cette réalité qui chaque fois et quel que soit le pouvoir en place, nous rattrape !