#Sud Congo USA/Afrique : Linda Thomas Greenfield a raison et tort à la fois !

Sommet USA/Afrique : Linda Thomas Greenfield a raison et elle a tort à la fois !

« Washington, quelques précisions ont été apportées concernant le sommet Etats-Unis-Afrique qui se tiendra dans la capitale américaine les 5 et 6 août prochains. Il réunira une cinquantaine de chefs d’Etat. Lors d’un point de presse électronique avec des journalistes africains, la vice-secrétaire d’Etat américaine en charge de l’Afrique, Linda Thomas Greenfield, a donné mercredi des détails sur la philosophie du sommet. Elle a aussi rappelé sans détours que certaines politiques émanant de dirigeants africains froissaient beaucoup Washington.
A Washington, Barack Obama souhaite échanger au maximum avec ses hôtes. « Nous ne demandons pas aux chefs d’Etat de venir avec de longs discours », a déclaré Linda Thomas Greenfield mercredi. La vice-secrétaire d’Etat a par ailleurs confirmé que le président américain n’aurait aucune réunion bilatérale lors du sommet. « Ils seront une cinquantaine, il aurait été difficile de choisir, nous avons préféré opter pour trois réunions thématiques et le président participera aux trois », a-t-elle précisé.
Trois présidents qui sont mal vus par les Etats-Unis n’ont pas été invités au sommet, à savoir les chefs d’Etat du Zimbabwe, du Soudan et de l’Erythrée. La position américaine sur les révisions constitutionnelles pour permettre à un président sortant de briguer un mandat supplémentaire, n’a pas varié d’un iota depuis les déclarations de John Kerry à Kinshasa en mai. « Nous avons découragé tous les dirigeants des pays où de tels amendements sont envisagés, notre position sur ce dossier est très claire », a encore déclaré Linda Thomas Greenfield. » (Reuters, juillet 10th, 2014).

Le  4 juillet 1776, 13 Etats ex-colonies britanniques avaient fait le choix de se séparer du Royaume de la Grande-Bretagne.

Aujourd’hui les 52 Etats qui forment les USA sont bien fiers de la décision prise en cette date-là.

Oui, Il faut savoir mettre une FIN aux guerres destructives et querelles interminables inutiles en Afrique à cause de la séquestration du pouvoir par une ethnie ou un groupe d’individus qui détient la quasi-totalité du commandement en commettant les mêmes crimes contre l’humanité jugés et condamnés par le procès de Nuremberg.

C’est ce qui a conduit à la déclaration de l’Etat du SUD CONGO. Car il y a eu près de 750 000 hommes, femmes et enfants qui sont portés disparus dans le SUD de l’ex-république du Congo (Brazzaville) ; 353 jeunes gens triés en fonction de leur appartenance ethnique ont été enfermés vivants dans des containers et jetés dans le fleuve Congo ; d’autres toujours vivants ont été aspergés d’essence puis jetés dans des trous pour y être brûlés. Tout cela sous la houlette et la responsabilité de Denis SASSOU NGUESSO.

Depuis la création des Nations Unies, la population mondiale de notre planète est sous la responsabilité pleine et entière de l’ONU.

Il revient à Denis SASSOU NGUESSO d’aller expliquer auprès des Nations Unies où est passée cette population des cinq (5) régions du SUD de l’ex-république du Congo (Brazzaville). Et il serait fortement souhaitable que le Sommet USA/Afrique pose cette question.

Ainsi après avoir écouté Linda Thomas Greenfield, vice-secrétaire d’État, je voudrais dire ceci concernant l’Ex-Congo Brazzaville que : elle a raison.

Mais elle a tord car cette position américaine ne peut s’appliquer que sur le cas d’un chef d’Etat qui a été élu puis réélu démocratiquement et qui tient à briguer un troisième mandat en modifiant le Texte Constitutionnel.

Mme GREENFIELD ne connait que les constitutions. Elle ne connait pas les véritables causes qui sont à l’origine de ses manœuvres incessantes.

Donc, ce débat sur les modifications des constitutions ne peut pas s’appliquer de cette manière sur le cas de l’Ex-Congo Brazzaville dès lors les causes des drames sont plus très profondes.

La population des cinq (5) régions du SUD de l’ex-république du Congo (Brazzaville) et victimes de ces massacres à répétition a trop souffert. Elle a donc trouvé la vraie solution : la création de l’Etat du SUD CONGO pour laisser Denis SASSOU NGUESSO président à vie dans son Congo du Nord comme le souhaitent les populations de ces contrées.

En réalité :

1 – Sur Pascal LISSOUBA cette position aurait pu s’appliquer oui.

Car ce qu’elle dit ne pouvait s’appliquer que si Pascal LISSOUBA élu démocratiquement pour un premier, puis réélu pour un deuxième mandat avait voulu changer la constitution du 15 Mars 1992 pour briguer un troisième mandat.

2 – Mais pas sur Denis SASSOU NGUESSO

En effet il n’y a plus jamais eu de démocratie depuis le 05 Juin 1997. Denis SASSOU NGUESSO a prit le Pouvoir par les armes ce qui lui a permis de mettre en place une constitution dite de 2002 qui fait de lui le propriétaire de l’Ex-Congo Brazzaville.

3 – Prendre le temps de bien lire cette constitution de 2002

Quand vous prenez le temps de bien lire l’intégralité de cette constitution de 2002, vous découvrez que tout pouvoir est incarné par Denis SASSOU NGUESSO.

4 – le piège du maintien ou du changement de cette constitution

Mieux encore et c’est là le piège que si Denis SASSOU NGUESSO ne se présente pas et qu’il fasse le choix de présenter Mr DUPONT ou Mr DUPOND, eh bien c’est Mr DUPOND ou Mr DUPONT qui deviendra le nouveau Denis SASSOU NGUESSO.

Ce qui veut dire au fond que pour le cas du l’Ex-Congo Brazzaville, la solution pour mettre un terme définitif à ces gesticulations aux conséquences tragiques sur toute la population des cinq (5) régions du SUD ; c’est celle de la création de l’Etat du SUD CONGO. Et c’est qui a été fait. Pour préserver le génome des populations du SUD CONGO.

En effet, le 06 Mars 2014 le régime de Brazzaville a publié le résultat du recensement qu’il venait de faire en 2013, résultat qui démontre qu’il y a massacre de près de 750000 personnes faisant parties de la population des cinq (5) régions du SUD dans les classes d’âge comprises entre 20 et 40 ans. (Cf. programme post-conflit signé en novembre 1999 par Denis SASSOU NGUESSO, Pierre OBA, Mathias DZON, l’Union Congolaise de Banques, etc.).

Cette preuve de l’effondrement de la population SUD peuplée par le Peuple Kongo est démonstrative d’un crime organisé et planifié.

Voilà pourquoi il fallait tourner définitivement le dos à cet Ex-Congo à cause de ces crimes sur le Peuple Kongo et que la solution la plus respectueuse a consisté à procéder à la SCISSION du pays. Cette solution elle la seule qui soit respectueuse de la vie et de la dignité humaine. Pour des raisons humanistes. C’est incontestable. Les Etats-Unis d’Amérique sont à même à le comprendre vu leur sacrifice pour mettre un terme à ce qui se passait dans l’Allemagne nazie qui a abouti au procès de Nuremberg dont les chefs d’accusation furent  :
– « crimes contre la paix », c’est-à-dire d’avoir décidé, préparé, organisé la guerre,
– « crimes de guerre », c’est-à-dire d’avoir violé les règles de la guerre, en exécutant des prisonniers de guerre, par exemple, en ne respectant pas les Conventions de Genève,
– « crimes contre l’humanité », c’est-à-dire d’avoir organisé la déportation et le massacre systématique de populations désarmées, en particulier dans les camps de concentration et d’extermination.

Ce sont les mêmes raisons qui ont prévalues à la création de l’Etat du SUD CONGO.

Honorable Robert POATY PANGOU

Paris le 12 Juillet 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s